Ouradour sur Glane est l’un des villages rasé par les nazis à la fin de la guerre comme d’autres villages, nous nous sommes rendu sur les lieux, très chargés, du champs de foire à l’église, des rues commerçantes aux maisons, c’est une immense tristesse que l’on ressent…

Le nom d’Oradour-sur-Glane reste attaché au massacre de sa population par la division SS Das Reich le 10 juin 1944. L’ancien village, conservé à l’état de ruine, qui témoigne des souffrances infligées aux habitants et gens de passage de cette petite bourgade. Le village est situé à environ 25 km au nord-ouest de Limoges et fait partie du canton de Saint-Junien, dans l’arrondissement de Rochechouart (Haute-Vienne). Il se situe dans la vallée de la rivière Glane, cours d’eau pittoresque découvert par le peintre Corot au xixe siècle. Il en a peint des paysages….

Un peut d’histoire

Oradour est un prieuré d’architecture romane, propriété d’une abbaye, sa seigneurie est ecclésiastique. Le clocher tour fortifié atteste de cette confusion des fonctions militaires et ecclésiastiques. En 1264, la paroisse de Oratorio supra Glanant avait pour seigneur le chapitre de chanoines de Saint-Junien, abbaye très ancienne. Le 9 juin 1944, à Tulle libérée depuis l’avant-veille par la Résistance, 99 hommes sont pendus.

Le massacre

Les perpétrateurs du massacre appartiennent à la 3e compagnie du 1er bataillon de Panzergrenadier, commandé par le Sturmbannführer (Commandant) Adolf Diekmann, du 4e SS-Panzer-Regiment Der Führer, de la 2eSS-Panzer-Division Das Reich. Cette division était basée spécialement dans le sud-ouest afin de lutter contre les maquisards galvanisés par le débarquement allié en Normandie. Constamment harcelée par les Forces françaises de l’intérieur (FFI), elle riposte par de sanglantes représailles.

Le 10 juin 1944, après l’arrivée des Allemands dans le bourg d’Oradour-sur-Glane, le garde champêtre fait savoir aux habitants qu’ils doivent tous se rassembler, sans aucune exception et sans délai, sur la place du Champ-de-Foire situé à l’intérieur du village, munis de leurs papiers, pour une vérification d’identité. Les SS pénètrent dans toutes les maisons, et, sous la menace de leurs armes, obligent tout le monde, même les malades, à se rendre sur le lieu de rassemblement. Un à un ou par groupes, conduits et surveillés par les SS, les villageois se massent peu à peu sur le Champ-de-Foire. Les Allemands vont aussi chercher des habitants des hameaux voisins. Les cultivateurs doivent abandonner leurs travaux en cours. Plusieurs personnes qui n’obéissent pas aux ordres sont abattues. Les Allemands divisent la population en deux groupes : d’un côté les femmes et les enfants, de l’autre les hommes.

Les femmes et enfants seront mis dans l’église tendit que les hommes seront regroupé sur le champs de foire…

Le groupe emmené et enfermé dans l’église comprend toutes les femmes et tous les enfants du village. Des soldats placent dans la nef, près du chœur, une sorte de caisse assez volumineuse de laquelle dépassent des cordons qu’ils laissent trainer sur le sol. Ces cordons ayant été allumés, le feu se communique à l’engin, qui contient un gaz asphyxiant (c’était la solution prévue) et explose par erreur ; une fumée noire, épaisse et suffocante se dégage. Une fusillade éclate dans l’église ; puis de la paille, des fagots, des chaises sont jetés pêle-mêle sur les corps qui gisent sur les dalles. Les SS y mettent ensuite le feu. La chaleur était tellement forte qu’à l’entrée de cette église on peut voir les restes de la cloche, fondue et écrasée sur le sol. Des débris de 1,20 m de hauteur recouvraient les corps.

Une seule femme survit au carnage : Marguerite Rouffanche, née Thurmeaux. Son témoignage constitue tout ce qu’il est possible de savoir du drame. Elle a perdu dans la tuerie son mari, son fils, ses deux filles et son petit-fils âgé de sept mois.

Les SS inspectent de nouveau les maisons du bourg ; ils y tuent tous les habitants qui avaient pu échapper à leurs premières recherches, en particulier ceux que leur état physique avait empêchés de se rendre sur le lieu du rassemblement. C’est ainsi que les équipes de secours trouveront dans diverses habitations les corps brûlés de quelques vieillards impotents. Un envoyé spécial des FFI, présent à Oradour dans les tout premiers jours après la tuerie, indique qu’on a recueilli dans le four d’un boulanger les restes calcinés de cinq personnes : le père, la mère et leurs trois enfants.Un puits renfermant de nombreux cadavres est découvert dans une ferme : trop décomposés pour être identifiés, ils seront laissés sur place. Au total, 642 personnes ont été massacrées lors de cette journée.

Ares 

Notre visite à Ouradour 

 

 

 

©Texte ARES pour ARKANA3000 et divers sources, reproduction interdite © Image ARKANA3000 et ses membres ayant participés à l’enquête.

0

Laisser un commentaire